Addictions : et si vous essayiez l'hypnose ?

  • Par ambert
  • Le 2015-01-31
  • Commentaires (0)

Addictions : et si vous essayiez l'hypnose ?

En tant qu'hypno-thérapeute, comment abordez-vous l'addiction ?
L'addiction n'est pas une maladie, c'est un comportement. Les personnes qui viennent en consultation ne sont pas malades, elles souhaitent juste modifier leur comportement parce qu'elles trouvent qu'il ne correspond plus à leur écologie interne. Un même comportement peut être perçu par deux personnes de deux façons différentes, l'une voudra se faire soigner et l'autre non. Je connais des hypnothérapeutes fumeurs qui aident leurs patients à arrêter de fumer !
Quels types d'addictions peuvent être soignées par l'hypnose ?
Nous pouvons agir sur tous types d'addictions : cigarette, boisson, boulimie, anorexie… Quelle que soit l'addiction, elle répond à une même structure, donc on applique un même protocole. On repère facilement une addiction par les mots utilisés par le patient : "c'est plus fort que moi", "j'aimerais mais je n'y arrive pas"... Le déséquilibre écologique de la personne est alors réel. Mais attention, nous ne sommes pas médecins, nous ne soignons pas les personnes. Nous les aidons à se mettre en condition pour aller mieux en reliant leur conscient et leur inconscient.
Comment l'hypnose agit-elle sur l'addiction ?
L'hypnose, c'est mettre une personne dans un état modifié de conscience afin de dialoguer avec son inconscient. L'hypnothépeute va alors suggérer des choses à l'inconscient de la personne. Ensuite, nous faisons revenir la personne dans son "état normal de conscience" pour qu'elle reparle, discute, reconscientise tout. Mais à l'intérieur, l'inconscient remet en place un puzzle sans la source de l'addiction. Par exemple si la personne voulait arrêter de fumer, nous aurons suggéré à l'inconscient d'abandonner la cigarette. Cela peut se faire tout de suite ou bien dans un, deux ou trois jours. D'un coup, la personne se dit "Je n'ai plus du tout envie de fumer, je n'ai pas de manque". Ca va très vite !
Comment expliquer les personnes qui réussissent à arrêter de leur propre volonté ?
Je pense que ça s'explique parce qu'à un moment le conscient et l'inconscient se sont mis d'accord tous seuls. Par exemple, on peut arrêter seul si on fait face à un problème de santé grave. On a lors comme un flash : "Si je ne fais rien, il se passe quelque chose de grave pour moi". Conscient et inconscient réussissent alors à travailler ensemble. Si la personne n'y arrive pas pour une raison ou pour une autre, notre rôle est de mettre d'accord le conscient et l'inconscient.
Si le conscient veut arrêter mais pas l'inconscient, c'est l'inconscient qui gagne ?
Oui. C'est pour cela que l'on entend des gens dire "J'aimerais arrêter de fumer, mais je n'y arrive pas". Si le conscient était le plus fort, il suffirait de dire "J'arrête de fumer", et j'arrêterais ! En réalité, c'est plus compliqué car il y a un mécanisme inconscient qui s'est mis en place et tant qu'on n'a pas changé ce mécanisme, le comportement ne peut pas changer.
En fait, le travail d'un hypnothérapeute est très différent de celui d'un psychologue.
Oui, car le psy va s'intéresser au "pourquoi" d'une addiction. Cela peut aussi fonctionner, mais nous, nous voulons aider la personne à aller mieux directement : elle veut arrêter de fumer, on va transmettre ce message à l'inconscient. Nous sommes dans de la thérapie très courte : pour arrêter de fumer, une séance suffit si l'on transmet le bon message !
En tant qu'hypno-thérapeute, comment abordez-vous l'addiction ?
L'addiction n'est pas une maladie, c'est un comportement. Les personnes qui viennent en consultation ne sont pas malades, elles souhaitent juste modifier leur comportement parce qu'elles trouvent qu'il ne correspond plus à leur écologie interne. Un même comportement peut être perçu par deux personnes de deux façons différentes, l'une voudra se faire soigner et l'autre non. Je connais des hypnothérapeutes fumeurs qui aident leurs patients à arrêter de fumer !
Quels types d'addictions peuvent être soignées par l'hypnose ?
Nous pouvons agir sur tous types d'addictions : cigarette, boisson, boulimie, anorexie… Quelle que soit l'addiction, elle répond à une même structure, donc on applique un même protocole. On repère facilement une addiction par les mots utilisés par le patient : "c'est plus fort que moi", "j'aimerais mais je n'y arrive pas"... Le déséquilibre écologique de la personne est alors réel. Mais attention, nous ne sommes pas médecins, nous ne soignons pas les personnes. Nous les aidons à se mettre en condition pour aller mieux en reliant leur conscient et leur inconscient.
Comment l'hypnose agit-elle sur l'addiction ?
L'hypnose, c'est mettre une personne dans un état modifié de conscience afin de dialoguer avec son inconscient. L'hypnothépeute va alors suggérer des choses à l'inconscient de la personne. Ensuite, nous faisons revenir la personne dans son "état normal de conscience" pour qu'elle reparle, discute, reconscientise tout. Mais à l'intérieur, l'inconscient remet en place un puzzle sans la source de l'addiction. Par exemple si la personne voulait arrêter de fumer, nous aurons suggéré à l'inconscient d'abandonner la cigarette. Cela peut se faire tout de suite ou bien dans un, deux ou trois jours. D'un coup, la personne se dit "Je n'ai plus du tout envie de fumer, je n'ai pas de manque". Ca va très vite !
Comment expliquer les personnes qui réussissent à arrêter de leur propre volonté ?
Je pense que ça s'explique parce qu'à un moment le conscient et l'inconscient se sont mis d'accord tous seuls. Par exemple, on peut arrêter seul si on fait face à un problème de santé grave. On a lors comme un flash : "Si je ne fais rien, il se passe quelque chose de grave pour moi". Conscient et inconscient réussissent alors à travailler ensemble. Si la personne n'y arrive pas pour une raison ou pour une autre, notre rôle est de mettre d'accord le conscient et l'inconscient.
Si le conscient veut arrêter mais pas l'inconscient, c'est l'inconscient qui gagne ?
Oui. C'est pour cela que l'on entend des gens dire "J'aimerais arrêter de fumer, mais je n'y arrive pas". Si le conscient était le plus fort, il suffirait de dire "J'arrête de fumer", et j'arrêterais ! En réalité, c'est plus compliqué car il y a un mécanisme inconscient qui s'est mis en place et tant qu'on n'a pas changé ce mécanisme, le comportement ne peut pas changer.
En fait, le travail d'un hypnothérapeute est très différent de celui d'un psychologue.
Oui, car le psy va s'intéresser au "pourquoi" d'une addiction. Cela peut aussi fonctionner, mais nous, nous voulons aider la personne à aller mieux directement : elle veut arrêter de fumer, on va transmettre ce message à l'inconscient. Nous sommes dans de la thérapie très courte : pour arrêter de fumer, une séance suffit si l'on transmet le bon message !
Hypnothérapeute, Gérard Cervi nous explique l'intérêt de l'hypnose pour amener un patient à se défaire d'une addiction. Une méthode efficace et sans effets secondaires.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.